Cycle de l'aérosol désertique

Les aérosols désertiques émis par érosion éolienne depuis les zones arides et semi-arides du globe représentent plus de 40% des émissions annuelles d’aérosols troposphériques. Ils peuvent ensuite être transportés sous l’effet des courants atmosphériques à grande distance de leurs zones sources. Dans l’atmosphère, ces particules terrigènes modifient significativement le bilan radiatif terrestre d’une part en rétrodiffusant et en absorbant le rayonnement solaire, et d’autre part en absorbant une partie du rayonnement tellurique. Elles peuvent également affecter les propriétés des nuages, en particulier pour les plus solubles d’entre elles. Elles sont donc un des acteurs majeurs du système climatique.

 

 

 

 

   

Panache d’aérosols minéraux émis sur le Sahara par une tempête d’échelle continentale en mars 2004 et transportés sur l’Atlantique Nord tropical

image :http://oceancolor.gsfc.nasa.gov/SeaWiFS/

 

Compte tenu des masses émises, ces aérosols sont également un vecteur important de matière entre continents et océans. En particulier, leurs retombées, par voie sèche ou humide, dans les zones océaniques éloignées, constituent des apports significatifs en certains (micro) nutriments (Fe, P… ) dans des zones où leur disponibilité est limitée. Ces poussières sont donc un élément clé du fonctionnement de certains écosystèmes.

 

Pour finir, à proximité des zones d’émission, les concentrations très importantes en aérosols désertiques posent des problèmes de santé publique. En particulier ces poussières pourraient jouer un rôle dans le développement des épidémies de méningite dans la zone sahélienne.

 

La thématique "cycle de l’aérosol désertique" a pour principal objectif de décrire et de quantifier les émissions, le dépôt et le transport des aérosols désertiques depuis leurs sources en zones arides et semi-arides, de comprendre les processus qui contrôlent leur variabilité de l’échelle évènementielle à l’échelle pluriannuelle afin d’évaluer leurs impacts radiatif, géochimique et sanitaire.

 

Ces activités s’articulent autour de 4 axes principaux :

 

- Axe 1 : Modélisation des émissions d'aérosols minéraux en zones arides et semi-arides

- Axe 2 : Variabilité à long terme du contenu atmosphérique en poussières minérales

- Axe 3 : Etudes des propiétés physico-chimiques et optiques des aérosols minéraux

- Axe 4 : Impact du dépôt atmosphérique de poussières minérales sur les écosystèmes marins

 

 

Représentation schématique du cycle des aérosols désertiques et de leurs impacts